• BAUDENS Pauline

Comment aborder un sujet délicat avec votre manager ?

Osez-vous demander des augmentations de salaire, voire même des promotions à votre manager ? De même, osez-vous discuter ouvertement avec lui de la façon dont il vous gère ?

En effet, il est difficile d’aborder certains sujets. J’ai souvent été la première à me défier. Pourtant, oser dire peut souder le socle de la confiance, mais surtout vous apporte une paix intérieure, une libération. Au contraire, si vous n’osez pas, gardez tout pour vous, vous prenez le risque d’intérioriser de la frustration et à long terme de créer du mal-être en vous.


Ainsi, je vous propose trois étapes pour surmonter ces moments et les réussir.


🔆


Étape 1 – Avant le jour J - Préparez vos arguments


Discuter d’un sujet difficile avec votre manager va vous conduire à devoir trouver une solution commune qui règle votre problème. Cela s'apparente ainsi à de la négociation, et toutes négociations réussies se préparent au préalable.


Tout d’abord, soyez clair sur vos intentions et sur ce que vous aimeriez obtenir. Puis, commencez par essayer de vous mettre à la place de votre manager pour comprendre ce qu’il veut et ses intentions. Imaginez les différentes réponses qu’il puisse vous donner à suite de votre demande. Les personnes sont plus ou moins prévisibles, et bien entendu, le contexte joue un certain rôle. C’est le facteur chance.


Ensuite, essayez de formuler votre demande et les arguments l’accompagnant, de manière à répondre aux craintes de votre manager et en prenant en considération ses intérêts. Par ailleurs, la façon dont vous faites votre demande se devra d’être influencée par ce que vous connaissez du comportement de votre manager : est-ce quelqu’un à l’écoute ? Ou, qui s’énerve au quart de tour ? Par exemple, dans mon ancienne entreprise, j’ai eu deux managers complètement différents. Un premier, toujours très calme, et avec qui, il était possible de dire les choses sans filtre. Au contraire du deuxième, qu’il fallait beaucoup plus prendre avec des pincettes.


En préparant vos arguments, faites en sorte de ne pas mettre de jugement. Vous pouvez vous inspirer de la Communication Non-Violente, décrite ci-dessous. En résumé, gardez à l’esprit que le plus important est de faire comprendre à l’autre vos besoins et les sentiments qui vous inondent suite à votre situation.


_____________________


La méthode de la non-violence est décrite par Marshall B. ROSENBERG dans son livre La communication non-violente : Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs). La méthode consiste en l’adoption d’une certaine manière de s’exprimer pour faire comprendre à l’autre son mécontentement sans le brusquer, l’accuser ou l’humilier.


Pour formuler le message difficile, voilà la formule miracle qui marche à presque tous les coups :


1) Partez d’une observation…

2) ...qui vous fait éprouver un sentiment…

3) …face au besoin que vous avez…

4) ...et terminez en exprimant une demande


Par exemple, vous dites à vos collègues : « Vous discutez (observation), je me sens stressé (sentiment), car le bruit me déconcentre. J’ai besoin de calme pour finir la relecture de mon rapport que je dois avoir fini aujourd’hui (besoin). Pourriez-vous aller dans la cuisine pour discuter, s’il vous plaît ? (demande) »


Faites attention de ne pas mettre de jugement dans la formule, au risque de rater votre coup.

_____________________



Par ailleurs, lorsque vous organisez la réunion avec votre manager, essayez de l’organiser en tête-à-tête à moins que cela soit géographiquement impossible. C’est quand même mieux de discuter en vrai que derrière un écran !



Étape 2 – Le moment venu - Détendez-vous et restituez vos arguments


J’ai un jour programmé une réunion avec mon M+1, parce que plus rien n’allait avec mon manager. Arrivée à la réunion, il m’a dit « je vous vois hyper stressée, dites donc ! ». J’ai alors pensé très fort : « Oui, c’est clair, voilà le résultat de 4 nuits d’insomnie ! ». Ainsi, essayez le plus possible d’arriver détendu à la réunion. Je ne vous cache pas que c’est parfois difficile. Si vous êtes tendu, essayez de prendre de longues respirations (5 secondes d’inspiration et d’expiration), quelques minutes avant la réunion pour vous relaxer. Prenez un thé ou quelque chose de chaud avec vous. De même, vous pouvez vous détendre en marchant un petit moment.


Pendant la discussion avec votre manager, et quelle que soit sa réponse à votre demande, restez calme et dans le contrôle. Je sais, c’est difficile et parfois impossible. Ne soyez pas dans la réaction, mais plutôt dans la réflexion. Il faut essayer de comprendre pourquoi votre manager répond cela, pourquoi il dit ça.


De plus, tout au long de cette discussion, aussi houleuse soit-elle, montrez de la gentillesse et de la compréhension pour votre manager. Il possède ses propres motivations et intérêts, tout comme vous,. Ils sont simplement divergents avec les vôtre. Au final, comprendre son interlocuteur est le cœur d’une bonne négociation pour arriver à un win-win. Et, normalement, vous avez toutes les cartes en main, car vous avez déjà réfléchi sur les intentions et les intérêts de votre manager pendant la phase de préparation.


D’ailleurs, négociez comme si vos arguments étaient un jeu de carte, que vous posez un à un sur la table, au fur et à mesure de la discussion. Ne déballez pas tout immédiatement, soyez patient, et vous verrez votre patience portera ses fruits.



Étape 3 – Après le moment venu - Essayez de comprendre la réponse que vous avez obtenue


Quelle que soit l’issue de la réunion, acceptez la réponse. Repensez votre négociation et faites et faites le point : qu’est-ce qui a fonctionné et qu’est-ce qui n’a pas fonctionné ? Cela vous permettra de comprendre où étaient vos erreurs et de vous améliorer pour la prochaine fois.


Après votre demande, pensez à relancer votre manager, notamment s'il vous a dit avoir besoin de plusieurs jours avant de vous donner une réponse. Par exemple, si vous demandez une augmentation de salaire, ne vous attendez pas à ce qu’il vous dise oui tout de suite. Il lui faut très certainement au préalable en discuter avec son propre supérieur, de même que le service RH, s’il y en a un. Ainsi, donnez-lui au moins une semaine avant de le relancer, à moins qu’il s’agisse d’une affaire très urgente.


Enfin, en fonction du cas de figure, vous pouvez écrire un mail résumant ce qui a été décidé pendant la réunion. Si vous êtes en mauvais terme avec votre manager et que la confiance fait défaut, écrivez sur le mail quelque chose comme : « Pourriez-vous approuver les notes prises durant cette réunion, svp ? », ou juste une affirmation « voilà ce qui s’est dit durant la réunion ». Cela vous permettra par la suite de vous protéger dans le cas où votre manager ne tient pas parole, nie, ou oublie la conclusion de la réunion.


🔆


En résumé, parler de sujets difficiles à son manager n’est pas une mince affaire. Voyez cela comme un défi à relever. Ainsi, prenez votre courage en main et lancez-vous, mais tout en étant préparé. Le temps de préparation est primordial, ne le négligez pas. Ainsi, soyez au clair sur ce que vous ressentez, et ce dont vous avez besoin afin de le communiquer à votre manager."


Cela l’aidera à mieux cerner le problème et surtout votre point de vue. De même, essayez de prendre conscience de son propre point de vue et de ses motivations. En effet, toute négociation suppose un win-win, où les intérêts se rencontrent. Au final, même si à l’issue de la réunion, la décision de votre manager ne vous comble pas totalement, au moins aurez-vous gagné quelque chose de très précieux, un peu d'expérience en négociation !


Pour aller plus loin et développer la relation avec votre manager en facilitant les échanges par la confiance, j’ai créé un diagramme appelé “Mindmap”. Cliquez ICI pour découvrir le diagramme !